premières impressions

Je ne vais pas détailler mon arrivée à l’aéroport, sachez juste que j’avais envie de sauter dans tous les sens, surtout à la vue des pancartes en japonais et en échangeant quelques mots au personnel de l’aéroport (qui ont dû se poser quelques questions sur ma santé mentale).

Comme j’ai organisé mon voyage à travers une agence en ligne, Autrement le Japon, il fallait attendre à la sortie tous les voyageurs concernés pour retrouver notre guide sur place.

Nous sommes un peu plus d’une vingtaine, tous âges, tous français. Une famille au complet, un couple ayant gagné ce voyage à travers un concours, des voyageurs solos comme moi, d’autres couples, etc…

Environ une heure de trajet en bus est nécessaire pour arriver à Tōkyō, un peu plus pour atteindre mon logement. Nous déposons au fur et à mesure sur la route un petit groupe de personnes attribué à une location.

Je m’attendais à de meilleurs paysages durant le trajet en bus, mais je réalise que c’est un peu comme quand je prends le car Air France de Charles de Gaulle, on ne découvre pas grand-chose. Tout est très urbain, sans particularité originale. Ah une petite cabine au style japonais là-bas!

À l’arrivée, nous rencontrons Yosuke, propriétaire du Tokyo Stay, qui nous guide chacun vers nos appartements dans le quartier d’Ôtsuka.

Tokyo Stay est une agence immobilière proposant des logements dans des appartements, ou guest houses, comprenant tout ce qu’il faut (cuisine aménagée, machine à laver, etc…) afin de profiter pleinement de son séjour. Je reviendrai un peu plus tard sur mes impressions (très positives).

Je fus la dernière à accéder à ma chambre. L’attente valait le coup. C’est une toute petite chambre typiquement japonaise, dans l’appartement de Yosuke, comprenant trois autres chambres à louer (dont deux sont déjà occupées). Je fais la connaissance de Sophie qui recevait la visite de deux de ses amis. L’ambiance se montre très positive, je sens déjà que je vais vivre des moments exceptionnels.

Je n’ai pu rester faire connaissance bien longtemps, il faut rejoindre le reste du groupe qui attend. Juste le temps de déposer nos affaires, la suite du programme est relayée à une autre guide, japonaise, qui va nous informer sur la vie pratique tokyoïte.

En route pour Shibuya!

Je prends pour la première fois la Yamanote Line à partir d’Ōtsuka.

La Yamanote Line est une célèbre ligne de trains, reliant les principaux quartiers de Tōkyō en une boucle interne pour une meilleure accessibilité. Intelligent et abordable, sachant que les tarifs des transports se calculent en fonction de la longueur du trajet à faire.

La Yamanote est une ligne fun et agréable que j’ai prise tous les jours durant mon séjour, ma préférée vous l’avez deviné.

Notre guide nous a aidé à acheter notre passe Suica, qui est plus ou moins l’équivalent de notre Navigo. On peut recharger la Suica Card avec la somme souhaitée et l’utiliser sur la majorité du réseau ou comme moyen de paiement dans les boutiques des gares et quelques magasins. Elle n’est pas personnelle et peut être empruntée. Il existe aussi la Pasmo Card, les deux sont presque toujours acceptées sur l’ensemble du réseau.

À la descente du train, la porte de Hachikō! J’aperçois au loin sa statue (elle est plus petite que ce que je pensais) avant de m’engouffrer dans le quartier de Shibuya, sur le croisement le plus bondé du monde! Entre nous, je n’ai jamais senti qu’il était « bondé » vu que personne ne se rentre dedans, même pas avec des parapluies. Génial! ^^

Je finirai sur un conseil très utile et un détail insolite (ici étroitement liés).

Pour s’adapter au décalage horaire au plus vite, résistez à la tentation de dormir dans l’après-midi, croyez-moi. (Même si ça fait un peu plus de trente heures sans dormir!) Le soir, Morphée m’a accueillie vers minuit pour me relâcher le lendemain pompette à 7h30. Mon baptême tokyoïte a réussi!

Par contre, sur le trajet du retour pour Ōtsuka, après notre escapade à Shibuya, il m’est arrivée une chose bien étrange.

Un sommeil enivrant, non IRRÉSISTIBLE, prenait peu à peu possession de moi. Et devant le spectacle de Japonais endormis dans une ambiance paisiblement constante, je réalisais que je m’endormais… debout!

Si si!…  (⌒_⌒;)

Deux choses que je croyais tout bonnement impossible dans ma vie: m’endormir en public, et m’endormir debout!

Ne jamais dire jamais.

Surtout au Japon.

Advertisements
Cette entrée a été publiée le octobre 25, 2010 à 23:16. Elle est classée dans à l'arrivée, insolite, mon séjour de 2010, petites soirées entre amis, tokyo districts et taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Leave a reply right here ^^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :