après ueno, ameyoko!

Après avoir passé la journée dans le parc Ueno, je pars flâner dans la célèbre rue marchande d’Ameyoko, proche de la station JR d’Ueno.

Ameyoko (アメ横) est l’abréviation de Ameya Yokocho signifiant Rue des Confiseries, où se vendaient traditionnellement douceurs et friandises. Aujourd’hui, c’est une rue marchande variée, où l’on trouve entre autres des vêtements, des produits frais (poissons, épices…), des cosmétiques et des restaurants.

On retrouve aussi ces machines qui nous rendent fous: les machines attrape-peluche! Machines d’origine japonaise d’ailleurs, apparues dans les années 80 aux côtés des bornes d’arcade.

Sauf qu’au Japon, on trouve de tout dans ces machines: des goodies de mangas populaires, du merchandising, des jouets de toutes sortes, des coussins, des serviettes, des t-shirts… on trouve même des synthés! (Si si!)

Quelques photos d’un de ces commerces proposant ces machines addictives.

Ces machines ne sont donc pas ciblées pour les enfants uniquement, ici vous verrez des gens de tous âges les utiliser.

Pour l’anecdote, lorsque je suis rentrée dans ce magasin, j’ai observé toutes les machines afin d’étayer une stratégie pour obtenir un objet. Il fallait absolument que je ressorte avec quelque chose! On peut choisir le nombre d’essais, 1, 3 ou 5 (si je m’en rappelle bien). Chaque essai est à 100¥. Pour 3 ou 5 essais, je crois qu’il y en avait un gratuit.

Je suis tombée sur une machine proposant des coussins One Piece. En observant la disposition des objets, j’ai compris que je pouvais en avoir pour sûr! Mais je dois attendre, car un groupe de cinq mecs japonais sont en train d’essayer, un tour chacun… Oui mais, personne n’arrive à le choper ce coussin, pourtant ça a l’air si simple!

Lorsqu’ils abandonnent, je prends les commandes et tente ma chance. Hop! Un coussin. Facile comme je le pensais! Deuxième essai: presque. Au troisième c’est bon, j’en ai eu un deuxième.

Je m’aperçois que les gars d’avant étaient en train d’observer ma technique et s’exclamaient pas mal. Entre deux « sugoi! », ils rajoutent que je suis « lucky« . J’essaie de leur montrer comment en prendre un, et en chope un troisième. 🙂 Bien évidemment, je m’arrête.

Le groupe, super sympa, me félicite et essaie d’entamer la conversation (ils connaissent quelques mots anglais). Au Japon, bizarrement quand on voit un étranger on lui demande d’abord s’il est américain (dans mon cas c’est souvent arrivé). Quand je leur réponds que je suis française, ils s’exclament de plus belle (c’est vraiment chou!).

Après cette petite aventure bien drôle et sympathique, je repars chez moi, trophées en main, à Ōtsuka.

Publicités
Cette entrée a été publiée le novembre 5, 2010 à 23:45. Elle est classée dans histoires, insolite, mon séjour de 2010, tokyo districts et taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Leave a reply right here ^^

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :